Un mouchoir de poche d’Humagne Rouge

28 mai 2010 | Commentaires (0) | Rencontres

En fin d’hiver, nous avons eu l’occasion d’acquérir une petite parcelle d’Humagne Rouge. Quelle aubaine ! Une vigne qui jouxte notre parchet, plantée avec un cépage que nous affectionnons… Vendu ! De par sa promiscuité avec nos autres vignes, les pratiques biodynamiques sont facilitées et d’ici quelques temps, le tout formera un bel ensemble homogène.

Un petit tablard constitué d’un sol de schistes accueille les 262 m2 plantés à très haute densité (14’700 pieds par hectare). Très exposée au soleil, sensible à la sécheresse, cette parcelle a jusqu’ici été cultivée de manière traditionnelle. Les ceps ont été remarquablement bien soignés par un couple de personnes d’un certain âge et le plan de traitements, conventionnel, fait par un tiers, autorisait les apports d’engrais minéraux, les herbicides et d’autres produits encore.

Cela ne se voit peut-être pas sur la photo mais la pente est très marquée, ce qui explique en grande partie cette forme de viticulture. En effet, comment faire autrement lorsque l’on sait que le prix du kilo de raisin proposé sur le marché est très bas et permet à peine de rentabiliser le travail effectué (pour ceux qui ne transforment pas le raisin en vin).

Que va-t-il se passer ces prochains mois ? Avec un léger travail du sol (tout en douceur car les racines sont encore en surface), l’arrêt des herbicides, l’application de préparations biodynamiques sur le sol, l’enherbement va revenir assez vite. D’abord quelques plantes, toujours les mêmes, celles qui supportent les restes d’herbicides et qui nettoient le terrain. Puis progressivement d’autres les remplaceront, puis d’autres encore, toujours plus nombreuses et diversifiées.

Cette évolution, vous pourrez la constater en suivant les prochaines chroniques consacrées à notre parcelle d’Humage Rouge !

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Un mouchoir de poche d’Humagne Rouge at Steve Bettschen.

meta