Clos du Mormont

Commentaires (0)

Pinot13PHUSIS

 

Pinot Noir | Clos du Mormont

Cépage Pinot Noir

Millésime 2013

Température de service 16 à 18 °C

Longévité 2015-2020

Notes de dégustation

La robe est sur un grenat d’intensité moyenne. Notes de graphites, de cannelle, de cendre sur fond de petits fruits rouges. Claire et précise en entrée de bouche, la matière évolue de manière à la fois assez serrée, et aérienne. On sent de la structure, quelque chose de finement acidulé, peu d’enrobage et de nombreux tannins doux en finale. Les arômes persistent sur le noyau de prune sauvage, les épices orientales et les baies rouges.

Suggestions de consommation

Volailles aux fruits, ballottine de cuisse de lapin aux cèpes, côte de veau aux chanterelles.

Prix 36.- / bt (épuisé)

Nbre de bouteilles 628 bouteilles et 6 pots vaudois de 140 cl

 

A la vigne

Le coteau pentu sur lequel le Clos du Mormont est situé abrite un vignoble dont on trouve mention à partir de l’an 814. Mais, suite à la crise du phylloxéra et aux rigoureux hivers de la moitié du XXème siècle, la vigne a finalement disparu du lieu, jusqu’au jour où le Dr Emile Bonard de la Sarraz la replante au début des années 1980.

En 2013, la vigne connaît des conditions climatiques plutôt fraîches et humides. Le débourrement et la floraison sont tardifs. Cette dernière, perturbée par la pluie, ne se fait pas dans les meilleures conditions et une partie des fleurs coulent, d’où une limitation naturelle de la récolte. Un petit épisode de grêle en juillet diminue encore la vendange potentielle. L’été humide voit de grosses pressions de mildiou et quelques grappes sont également touchées. En fin de cycle, c’est la pourriture grise qui s’en mêle et un tri minutieux, aux vendanges, est donc de mise. Cela se fait tard, le 19 octobre et le volume de raisin ramassé est bien faible : un bon tiers de moins qu’en 2012.

 

A la cave

Un problème technique avec l’égrappeuse nous contraint de vinifier la totalité des raisins en grappe entière. Aucune chaptalisation n’est effectuée et le vin affiche un taux d’alcool plutôt bas (11,6 %). Le décuvage se fait assez rapidement après fermentation et le vin nouveau est entonné dans deux fûts qui ont déjà servis (pas de bois neuf dans ce millésime). Les fermentations malolactiques se font assez tardivement (été 2014). Puis, en novembre 2014, le vin des deux fûts est rassemblé dans une cuve en inox. Quelques mois plus tard, il est mis en bouteille sans filtration (le 30 avril 2015 pour être précis !).

Version imprimable en format pdf

Vos commentaires