Millésime 2018

Mondeuse Noire à la fin août. Elle fait partie de la complantation Roche Fleurie

L’hiver 2017-2018 est globalement très humide et peu ensoleillé. Assez doux de décembre à fin février, puis traversé par une vague de froid d’une semaine début mars, il se termine par un court et intense épisode neigeux.

 

Avril est très chaud avec des températures grimpant jusqu’à 28 °C en Valais. Mais il est surtout très sec. La bise accentue ces conditions sèches au Clos du Mormont et à Orny et les sols se trouvent ainsi rapidement avec des réserves hydriques plutôt basses.

 

Le mois de mai est d’abord chaud puis devient frais et pluvieux dès le 9. Passablement de précipitations tombent entre le 9 et 15.

 

La seconde quinzaine de mai est plutôt instable, orageuse (de manière très locale) avec toutefois une pression de maladies pas trop forte (grâce à une première partie de printemps bien sèche).

 

Jusqu’à mi-juin, les orages se succèdent et laissent parfois d’énormes cumuls d’eau derrière eux. Le Valais est épargné jusqu’au 12 juin sans toutefois subir de grosses pluies. La Sarraz et Orny, relativement épargnés jusqu’alors, voient des cumuls importants entre le 11 et le 13 juin (plus de 60 l/m2).

 

La pression de mildiou est en forte augmentation mais heureusement, une période de beau, de chaud et de sec se met en place dès le 15 juin. Elle dure deux semaines et va véritablement sauver le vignoble du mildiou.

 

Période plus instable dès début juillet. Quelques orages augmentent à nouveau la pression des maladies cryptogamiques sans pour autant amener beaucoup d’eau aux sols. On entre ensuite de plein pied dans une période de sécheresse. Très marquée en Valais mais aussi bien perceptible à la Sarraz où la vigne du Mormont commence à marquer le coup à partir du 20 juillet. A Orny, le sol de la nouvelle plantation est souvent travaillé et semble avoir une certaine capacité de rétention d’eau. Les quelques petits orages, hors Valais, ne compensent pas, et de loin, le manque d’eau. Dès le 30 juillet, on passe dans une période caniculaire qui dure plus de 10 jours.

 

Très violent orage aux environs de Sion le 6 août, heureusement sans conséquence. Du côté de la Sarraz, la sécheresse continue, alors que la canicule s’achève le 9 août. Enfin, le 13, il tombe 15 l/m2. Cela aide un peu… Mais la sécheresse reprend de plus belle et il fait à nouveau très chaud. Cette situation prend fin le 24 août avec l’arrivée d’une période plus fraîche, mais toujours sans pluie. Dès septembre, le chaud revient et le sec persiste, quasiment jusqu’à la fin des vendanges…

 

Ces dernières se déroulent par grand beau et surtout par grandes chaleurs (plus de 30 °C certains jours de vendange). Elles commencent le 4 septembre avec le Gamay sur granite de Martigny et se terminent un mois plus tard, le 3 octobre, avec le Savagnin de la Neuveville.

 

Au final, 2018 est une année précoce, très chaude et sèche. Les épisodes pluvieux en première quinzaine de juin auraient pu faire des dégâts car la pression de mildiou est tout à coup devenue forte. Heureusement, le beau et le sec qui ont suivi ont pu juguler cette pression. Aux vendanges, les températures très chaudes ont eu une incidence sur l’état des raisins et le style des vinifications.