Millésime 2010

RUDE, L’HIVER 2009-2010 DURE PARTICULIEREMENT LONGTEMPS.

Après un mois d’avril très chaud, mai et juin sont assez pluvieux et plutôt frais. Même si les quantités d’eau sont peu importantes, il pleut quasiment un jour sur deux et une multiplication de traitement s’impose.

Le mois de juin est lui aussi globalement assez frais, sauf pendant la fleur. Ceci assure une bonne nouaison et donc une bonne récolte.

Dès fin juin, la météo change totalement pour entrer dans une phase caniculaire. Les températures dépassent régulièrement les 30 °C et sont parfois proches des 40 °C en juillet. Le manque d’eau dans le sol se fait sentir dès début juillet et doit être compensé par de l’irrigation. La situation est telle qu’on voit dans certaines parcelles non équipées de jeunes ceps littéralement mourir de soif… Les pluies de mi-juillet arrivent à point nommé mais, avec la chaleur ambiante, elles relancent aussi la pression des maladies cryptogamiques. Une grande vigilance est de mise !

Le mois d’août se montre plutôt pluvieux mais ceux de septembre et d’octobre virent au beau et les vendanges se font de manière sereine, sans devoir composer avec la pluie. Les états sanitaires sont bons et nécessitent peu de tri lors des vendanges.

La quatrième année de production de PHUSIS est marquée par différents essais et vinifications. Les vendanges commencent très tôt, le 13 septembre, avec un magnifique Chardonnay sur le coteau des Claives à Fully (vin qui finira son élevage en 2012) et continuent régulièrement pour se terminer le 22 octobre par une Durize sur Fully. En plus de ces cépages, passablement d’autres sont récoltés, que ce soit à Sensine ou sur des vignes d’amis viticulteurs : Gamay, Pinot Noir, Chasselas, Arvine, Humagne Rouge, Furmint et Marsanne.

Cette année, toutes les bouteilles sont bouchées avec des bouchons natures recouverts de cire d’abeille (à la place des traditionnels paraffines et silicones). Suite à un dosage assez généreux en cire, il se peut que le col de la bouteille (et parfois la surface du liquide de premier verre servi) en soit marqué une fois le bouchon retiré. Pas d’inquiétude pour autant, cela n’altère en rien les qualités du vin !