Durize

Commentaires (1)

metaPHUSIS 4.6

 

Durize Clos de Landzèlene

Cépage Durize

Millésime 2010

Température de service 15 à 17 °C

Longévité 2011-2014

Notes de dégustation

Jolie robe cerise, d’intensité moyenne, à reflets violets. Le tout premier nez, assez fumé, s’ouvre rapidement sur la myrtille, les baies sauvages, les épices douces, le pain frais. La bouche révèle un léger gaz carbonique qui souligne le caractère du vin (nous conseillons de le boire tel quel (sans passage en carafe). Le corps est frais, doté d’une matière légère, relativement peu enrobée (peu d’alcool), bien épicée et se termine sur une trame de tannins au grain légèrement saillant. Vin rustique, de montagne ! (août 2011)

Suggestions de consommation

Ballottine de faisan. Atriaux. Foie de chevreuil aux champignons des bois.

Prix 23.- / bt (épuisé)

Nbre de bouteilles 355

 

La gamme metaPHUSIS est élaborée à partir de raisins ou de vins achetés auprès de vignerons respectueux dont nous connaissons le travail ainsi que les parcelles.

Vieux cépage presque abandonné, la Durize subsiste encore dans la région de Fully (moins de 6000 m2). Elle est issue du croisement entre le Roussin (lui-même fils du Cornalin) et un cépage inconnu (aujourd’hui sans doute disparu) et fait partie de la famille des Oriou. Elle a donc des affinités avec de nombreux cépages valdôtains dont l’Humagne Rouge.

Le Clos de Landzèlene est situé à l’ouest de Fully, dans une ancienne zone de murgères (gros tas de cailloux) et la Durize qui en est issue est vendangée le 22 octobre et sonde 83 °Oe. Cela peut paraître peu pour un rouge mais c’est habituel pour ce cépage tardif, au modeste potentiel en sucre.

Afin de conserver tout le caractère du cépage, le raisin n’est pas chaptalisé. La vinification classique, avec une longue cuvaison de 31 jours, est suivie d’un élevage en fût ancien (cette Durize est son 6ème vin) ainsi que dans une dame-jeanne.

La fermentation malolactique se déroule fin avril et la mise en bouteille se fait le 23 juin 2011, sans filtration.

Une réponse à “Durize”

  • Michel Cusin dit :

    Salut Steve,

    Pour mémoire je suis venu à la déguste des Loire, et je t’ai pris 6 blles de Phusis 4.6.

    On s’est croisé en vitesse à la déguste du Passeur de lundi, tu arrivais avec Thierry (Webber) et moi je quittais un peu stressé par mon timming.

    Ce soir je me suis fais un oeuf au plat avec une truffe noire périgourdinne que je fais venir d’un truffier exceptionnel.
    J’ai accompagné ce simple mais délicieux plat d’un reste de Morey-St-Denis 05 du Domaine Dujac. Bon mais insuffisant!
    Donc je suis allé dans ma cave pioché au hasard.
    Et je suis tombé sur ton flacon!
    Je n’avais jamais goûté tes vins.
    Aussi avais-je envie de partager mes impressions.
    Je ne connaissais pas le cépage que j’ai découvert sur ton site, mais je te livre mes premières impressions en méconnaissance totale du produit:
    Nez d’une belle complexité qui exprime un beau terroir, typicité d’un mono-cépage, certainement un grand Pinot noir!
    Belle fraîcheur, petits fruits rouges, petit fumé, de la race, tout en finesse.
    En bouche, attaque soyeuse, elle aussi sur la fraîcheur, très bel équilibre entre le fruit , l’acidité et les tannins.
    Très beau vin, le petit reproche est que j’aurais souhaité une plus grande concentration ( que l’on s’entende bien, je suis un anti-Parker!) et un peu plus de longueur en bouche.
    Je ne connais Ni l’âge des vignes, ni le rendement, mais il y a un magnifique potentiel pour un grand vin!
    Très beau travail, sachant, si j’ai les bonnes infos, que c’est un boulot de « presque débutant », non?
    Merci pour tes comentaires..

    Michel

  • Vos commentaires