Rieslings allemands au vieillissement

27 avril 2019 | Commentaires (0)

PHUSIS a eu le plaisir, le 24 avril dernier, d’animer une soirée consacrée aux Rieslings allemands de plus de 15 ans. Nous nous sommes concentrés principalement sur des versions « sèches » (Trocken) ainsi que des Kabinett. Surprenant de constater, ce soir-là en tout cas, que les vins avec un peu (voir passablement) de sucres résiduels restent jeunes plus longtemps !

Ci-dessous, la liste des vins dégustés avec un seul mot pour tenter de les dire :

Mise en bouche A Riesling 2017, Histoire d’Enfer : tonique

Mise en bouche B Laumersheimer Mandelberg Riesling Spätlese Trocken 2001 Steinbuckel, Knipser (Pfalz) : atypique

A1 Trittenheimer Riesling Kabinett 2001, Grans-Fassian (MSR | 8 %) : onctueux

A2 Ürziger Würzgarten Riesling Auslese ** 2001, Joh. Jos. Christoffel Erben (MSR | 8%) : aérien

B1 Blauschiefer Riesling Kabinett Trocken 2003, S.A. Prüm (MSR | 12 %) : évolué

B2 Wehlener Sonnenuhr Riesling Alte Reben Spätlese 2003, S.A. Prüm (MSR | 12,5 %) : puissant

C1 Wolfer Goldgrube Riesling Kabinett 2003, Vollenweider (MSR | 8,5 %) : lactique

C2 Bernkasteler Doctor Riesling Kabinett 2003, Dr. H. Thanisch (MSR | 8,5 %) : intense

D1 Kiedrich Gräfenberg Riesling Kabinett Trocken 2002, Robert Weil (Rheingau | 11,5%) : strict

D2  Cuvée Frédéric-Emile 2002, Trimbach (Alsace | 12,5%) : bouchonné

E1 Erdener Treppchen Riesling Kabinett 2002, Joh. Jos. Christoffel Erben (MSR | 8%) : noble

E2 Saarburger Rausch Riesling Kabinett 2002, Ziliken (MSR | 8 %) : minéral

E3 Scharzhofberger Riesling Kabinett 2002, Egon Müller (MSR | 9,5 %) : persistant

F1 Riesling 2004, Dr. H. Thanisch (MSR | 10 %) : digeste

F2 Ürziger Würzgarten Riesling Spätlese 2004, Joh. Jos. Christoffel Erben (MSR | 8%) : vineux

G1 Kiedrich Gräfenberg Riesling Spätlese 2004, Robert Weil (Rheingau | 8%) : délicat

G2 Altenberg Alte Reben Riesling 2004, Van Volxem (MSR | 11,4%) : fatigué

 

A la fin, un participant propose un bouteille chemisée en plus :

Riesling Spätlese Trocken 1996, Keller (Rheinhessen) : une lame

Balade en Echézeaux

15 avril 2019 | Commentaires (0)

Après sa balade en Bonnes-Mares puis en Latricières-Chambertin, PHUSIS a continué avec les Echézeaux. En effet, en date du 27 mars dernier, l’occasion été donnée de déguster toute une série d’Echézeaux à maturité. Une dégustation exceptionnelle où tous les vins ont été avenants, joyeux, faciles, dans le bon sens du terme !

 

Voici les vins dégustés et un ou deux mots pour les décrire :

A1 Echezeaux 1999, Domaine Mugneret-Gibourg : volumineux

A2 Echezeaux Vieille Vigne 1999, Domaine Mongeard-Mugneret : généreux

B1 Echezeaux 2001, Domaine David Duband : classieux

B2 Nuits St-Georges Les St-Georges 2001, Domaine Chicotot : de la mâche

C1 Echezeaux Vieilles Vignes 2004, Dominique Laurent : terrien

C2 Echezeaux 2004, Cécile Tremblay : vineux

D1 Echezeaux 1995, Domaine Mugneret-Gibourg : croquant

D2 Echezeaux 1996, Domaine Mugneret-Gibourg : fuselé

E1 Clos de Vougeot Vieilles Vignes 2002, Château de la Tour : noble

E2 Echezeaux 2002, Domaine Mugneret-Gibourg : puissant

F1 Echézeaux 2008, Domaine de la Romanée Conti : magique

F2 Echezeaux 2008, Domaine du Comte Liger-Belair : velouté

Verticale de Château Pibarnon

1 mars 2019 | Commentaires (0)

Le 20 février dernier, PHUSIS a eu le plaisir de mettre sur pied une verticale de Château Pibarnon, fer de lance de l’appellation Bandol. Un peu à part des autres vins du coin, Pibarnon se distingue par son élégance aromatique et sa délicatesse de texture. D’abord un peu monolithique, type pur jus de fruit, ce vin prend une belle profondeur avec le temps.

Voici les vins dégustés avec un ou deux mots pour les dire.

A1  Château de Pibarnon 2015 : cassis

A2  Château de Pibarnon 2014 : structuré

B1  Château de Pibarnon 2013 : délicat

B2  Château de Pibarnon 2012 : tannin un peu sec

C1  Château de Pibarnon 2011 : opulent

C2  Château de Pibarnon 2010 : ample

D1  Château de Pibarnon 2007 : animal

D2  Château de Pibarnon 2006 : figué

E1  Château de Pibarnon 2005 : souple, à boire

E2  Domaine de la Bégude La Brûlade 2004 : confit

F1  Château de Pibarnon 2000 : aristocratique

F2  Château de Pibarnon 1998 : musc

G1  Château de Pibarnon 1997 : liégeux

G2  Château de Pibarnon 1995 : lumineux

H1  Château de Pibarnon 1989 : aérien

H2  Château Pradeaux 1989 : foncé et jeune

Mastroberardino : Verticale de Taurasi 2ème partie

1 février 2019 | Commentaires (0)

Après une première partie en décembre dernier, nous avons eu l’occasion de remonter, avec cette seconde session, aux crus plus anciens de Mastroberardino. C’est Gianni Fabrizio, du Gambero Rosso, qui est venu animer cette soirée et 3 de ses amis italiens ont fait le déplacement depuis Naples pour cette dégustation unique, dont un des récents producteurs les plus en vue de l’appellation (Cantina Joaquin A.A) !

Voici la liste des vins dégustés :

Taurasi Riserva Della Societa’ 2010, Cantina Joaquin A.A : délicat

A1 Taurasi Radici 1998 : laurier

A2 Taurasi Riserva Radici 1998 : sec

B1 Taurasi Radici 1997 : sanguin

B2 Taurasi Riserva Radici 1997 : profond

C1 Taurasi Radici 1996 : vibrant

C2 Taurasi Radici 1995 : terrien

D1 Taurasi 1987 : fin

D2 Taurasi Riserva 1983 : bouteille fatiguée

E1 Taurasi 1981 : délié

E2 Taurasi 1978 : serré

F1 Taurasi 1976 : oriental

F2 Taurasi 1975 : céleste

G1 Taurasi 1974 : oxydé (bouteille couleuse)

G2 Taurasi 1971 : fragile

H1 Taurasi Riserva 1973 : herbeux

H2 Taurasi Riserva 1968 : intense

I1 Taurasi Riserva 1966 : droit

I2 Taurasi Riserva 1961 : pas net (bouchon)

 

Et en complément avec les charcuteries locales :

Taurasi Radici 1992 : vineux

Chemin de dégustation hiver 2019

16 janvier 2019 | Commentaires (0)

Cher amis, chers clients,

La cave s’est bien refroidie et les vins ne bougent plus beaucoup. Certains sont en phase de stabilisation alors que d’autres attendent patiemment le printemps pour picoter à nouveau… Cela nous laisse un peu de temps pour s’intéresser à d’autres vins, d’autres cépages, d’autres horizons !

C’est ainsi que nous avons le plaisir de vous proposer nos Chemins de dégustation de l’hiver 2019.

Au programme : la seconde partie de la verticale des Taurasi de Mastroberardino, une verticale de Pibarnon, la suite de nos balades dans les grands crus de Bourgogne avec L’Echézeaux et une soirée consacrée aux Riesling allemands au vieillissement. Sans oublier le traditionnel atelier pain au levain avec Marc Haller et enfin, une grande verticale (20 millésimes !) de Haut-Bailly accompagnée d’un repas concocté par Mauro Capelli au Restaurant du Théâtre à Monthey.

Plus d’infos dans le programme complet.

Au plaisir de vous voir bientôt !

 

Balade en Latricières-Chambertin

17 décembre 2018 | Commentaires (0)

Le 18 avril dernier, PHUSIS était en balade gustative dans les Latricières-Chambertin. Une très belle soirée consacrée à un cru finalement assez peu connu et qui mérite d’être (re)découvert !

Ci-dessous, la liste des vins dégustés avec, pour chacun, un mot pour tenter de le dire.

A1  Latricières-Chambertin 2013, Drouhin-Laroze : clair

A2  Charmes-Chambertin 2013, Domaine Arlaud : charnu

B1  Latricières-Chambertin 2011, Faiveley : aérien

B2  Latricières-Chambertin 2011, Arnoux : fermé

C1  Latricières-Chambertin 2011, Duband : tannique

C2  Gevrey-Chambertin 1erCru Combottes 2011, Dujac : ramassé

D1  Latricières-Chambertin 2010, Chantal Rémy : élancé

D2  Latricières-Chambertin 2008, Bichot : réduit

E1  Latricières-Chambertin 2009, Rossignol-Trapet : généreux

E2  Latricières-Chambertin 2009, Trapet : caillouteux

F1  Latricières-Chambertin 1999, Louis Latour : facile

F2  Latricières-Chambertin 1983, Camus : flou

G1  Latricières-Chambertin 1995, Leroy : concentré

G2  Latricières-Chambertin 2006, Trapet : soyeux

Mastroberardino : Verticale de Taurasi 1ère partie

14 décembre 2018 | Commentaires (0)

Le 5 décembre dernier, PHUSIS a eu le grand plaisir d’accueillir Gianni Fabrizio, du Gambero Rosso, qui est venu animer une verticale de l’un des crus les plus emblématiques du sud de l’Italie. A savoir le Taurasi de Mastroberardino en version Riserva et aussi en version normale. Cette première partie nous a permis de déguster le dernier Riserva sur le marché (2012) et de descendre jusqu’au Riserva 1999. Fin janvier, une seconde session explorera des millésimes plus anciens, jusqu’au début des années 1960.

Voici la liste des vins dégustés avec juste un mot pour tenter de les dire :

A1 Taurasi Radici Riserva 2012 : solide

B1 Taurasi Radici Riserva 2011 : pulpeux

B2 Taurasi Radici Riserva 2009 : frais

C1 Taurasi Radici 2007 : délicat

C2 Taurasi Radici Riserva 2007 : austère

D1 Taurasi Radici Riserva 2006 : dissocié

D2 Taurasi Radici Riserva 2005 : minéral

E1 Taurasi Radici 2004 : friand

E2 Taurasi Radici Riserva 2004 : en devenir

F1 Taurasi Radici Riserva 2003 : serré

F2 Taurasi Radici Riserva 2001 : liégeux

G1 Taurasi Radici Riserva 2000 : strict

H1 Taurasi Radici 1999 : délicieux

H2 Taurasi Radici Riserva 1999 : profond

Balade en Bonnes-Mares

18 novembre 2018 | Commentaires (0)

Le 15 novembre dernier, PHUSIS a eu le plaisir d’animer une balade initiatique dans le grand cru Bonnes-Mares. Voici la liste des vins dégustés avec, comme de coutume, un seul mot pour tenter de dire le vin :

A1  Bonnes-Mares 2015, Domaine de la Vougeraie : précis

A2  Chambolle-Musigny Les Sentiers 2015, David Duband : minéral

B1  Bonnes-Mares 2012, Haisma : léger

B2  Bonnes-Mares 2012, Drouhin Laroze : volatile

C1  Bonnes-Mares 2012, Domaine de la Pousse d’Or : strict

C2  Bonnes-Mares 2012, Lucien Lemoine : charmeur

D1  Bonnes-Mares 2005, Groffier : délicat

D2  Bonnes-Mares 2005, Bart : rustique

E1  Bonnes-Mares 2002, Maison Henri Boillot : abouti

E2  Bonnes-Mares 2002, Comte de Vogüé : énergique

F1  Bonnes-Mares 2001, Drouhin-Laroze : sous-bois

G1  Bonnes-Mares 1996, Christophe Roumier : lumineux

G2  Bonnes-Mares 1996, Moine-Hudelot : évolué

Verticale St-Joseph de Chave

17 novembre 2018 | Commentaires (0)

Le 31 octobre dernier, PHUSIS a eu le plaisir d’animer une soirée consacrée à un grand vin en devenir : le Saint-Joseph rouge de Jean-Louis Chave. Ce vin a été dégusté sur tous les millésimes de 2007 (premier millésime vraiment significatif en terme de quantité) à 2015.

En guise de résumé, ou de mise en bouche, voici pour chaque vin dégusté un mot et un seul pour le dire :

 

 

 

 

A1  Syrah 2015, l’Enfer de la Patience, Histoire d’Enfer : avenant

A2  Saint-Joseph 2015, Domaine Jean-Louis Chave : lumineux

A3  Saint-Joseph La Dame Brune 2015, Domaine Georges Vernay : tonique

B1  Saint-Joseph 2014, Domaine  Jean-Louis Chave : fin

B2  Saint-Joseph 2014, Pierre Gonon : viril

C1  Saint-Joseph 2012, Domaine Jean-Louis Chave : balsamique

C2  Saint-Joseph Le Clos 2012, M. Chapoutier : étiré

D1  Saint-Joseph 2013, Domaine Jean-Louis Chave : fruit

D2  Saint-Joseph 2010, Domaine Jean-Louis Chave : juteux

E1  Saint-Joseph 2009, Domaine Jean-Louis Chave : confit

E2  Saint-Joseph 2011, Domaine Jean-Louis Chave : classe

F1  Saint-Joseph 2008, Domaine Jean-Louis Chave : mature

F2  Hermitage 2008, Domaine Jean-Louis Chave : en devenir

G1  Saint-Joseph 2007, Domaine Jean-Louis Chave : roboratif

G2  Saint-Joseph 2005 La Serine, Yves Cuilleron : élaboré

Caves ouvertes automne 2018

11 novembre 2018 | Commentaires (0)

Travail du sol dans la plantation d’Orny

Chers amis, chers clients,

Les vendanges sont terminées depuis un moment et les vins se font tranquillement, en cave, à leur rythme.

Après cette année vraiment hors norme, le temps est venu pour vous faire découvrir une gamme toujours plus riche en vins ! Que dites-vous d’un Savagnin 2016 issu de marnes comme dans le Jura français ? De l’énergique et aromatique Roche Fleurie 2017, complantation de Pinot Gris, Sauvignon, Sylvaner, Riesling et Viognier ? Et de l’Autre 2017, nouveauté metaPHUSIS « moins chère » et différente au gré des millésimes.

Les cuvées habituelles reviennent : Chasselas sur granite 2017 frais et lumineux ; Rèze 2017 (en très petite quantité suite au gel printanier) ; Riesling 2017 intense, opulent et sec ; une Arvine vieille vigne 2016 magistrale ; une Humagne Rouge 2017 confidentielle.

Le Pinot Noir Clos du Mormont fait lui aussi son retour avec le millésime 2016. Rescapé d’une sévère attaque de mildiou, il est plus que rare : 315 bt pour 1/4 d’ha ! Autant dire qu’il ne sera pas disponible longtemps. Communiquez-nous avant le 28 novembre les quantités souhaitées afin qu’on puisse les distribuer au mieux.

Comme d’habitude, les vins se présentent à vos yeux sur cette liste et à votre palais à la Sarraz aux dates suivantes :

Mercredi 28 novembre de 17h30 à 20h30

Samedi 1er décembre de 10h30 à 13h30

Lundi 3 décembre de 17h30 à 20h30

Dans la mesure du possible, merci de vous annoncer : l’accueil n’en sera que meilleur.

Au plaisir de vous revoir !